• Català
  • Español
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Русский
  • Zhōngwén

Espaces verts

© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné
© Rafael López-Monné

Des parcs débordants d’histoire

Son père était le propriétaire du Mas dels Arcs. Quand on lui demandait son autorisation pour pouvoir planter des vignes dans un coin en face de la maison, sa réponse était un non catégorique, d’une fermeté sans pareil, vraiment incontournable. La raison était dévoilée quelques jours après. Lors de la guerre d'indépendance espagnole, cette maison avait été un hôpital de sang, et des centaines de soldats français étaient enterrés sous ses pieds ; c'étaient les soldats de Bonaparte en personne, qui mit la ville à feu et à sang. Trop de douleur pour faire du vin.

Plusieurs années plus tard, les frères Puig i Valls y érigèrent une croix et plantèrent des cyprès. Ils aimaient vraiment les arbres et défendaient fermement les effets civilisateurs et thérapeutiques de la forêt. De nos jours, on peut encore voir la croix et les ruines de la maison au parc du Pont du Diable, à côté de l'aqueduc romain des Ferreres.