• Català
  • Español
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Русский
  • Zhōngwén

Oranges en hiver, tomates en été. Les marchés municipaux de Tarragone

On dit que pour vraiment connaître les villes et leurs habitants, il faut chercher la clé de leurs marchés

L'une des meilleures façons de prendre le pouls d'une ville et de savoir ce qui se passe dans ses rues est de visiter ses marchés. Aujourd'hui, et il y a deux mille ans. Dans l'ancien calendrier romain, antérieur au calendrier julien qui régit nos jours, les semaines comptaient huit jours. L'importance de ce cycle résidait dans le fait que les habitants des campagnes avaient un jour fixe pour aller vendre leurs produits agricoles, car le 9, dans les villes romaines, on célébrait les nundinae : le jour du marché.

Tarraco ne faisait pas exception à la règle. À côté des portes d'entrée de la ville se trouvaient les stabula, des sortes d'auberges avec des étables où les personnes arrivant des environs pouvaient laisser leurs chariots et leurs animaux. Les fruits, les légumes et les légumineuses étaient exposés dans des étals ambulants constitués de simples planches posées sur des tréteaux. Nous ne disposons pas d'informations sur l'emplacement précis du macellum (marché) de Tarraco à cette époque, mais, sur le modèle étudié dans des villes comme Pompéi, la vie commerciale se déroulait probablement dans la partie basse de la ville, autour du Forum de la Colonie et dans le quartier du port. La description des marchés romains correspond, sans grand changement, à celle du marché qui se tient deux fois par semaine sur la plaça del Fòrum. Si nous jouons sur les différences, nous pouvons dire que la femme de Flamen Dialis, le prêtre de Jupiter, ne sacrifie plus un agneau en l'honneur de ce dieu de la mythologie romaine et que les maîtres ne déclament plus en public pour que leur savoir parvienne aux visiteurs du marché. Pour le reste, rien n'a changé, les agriculteurs viennent des vergers fertiles du Camp de Tarragone et exposent toute la fraîcheur de leurs produits sur de simples étals.

Produits maison, biologiques et locaux au marché du Fòrum

Le marché du Fòrum est l'un de ces lieux où l'on réveille certains sens endormis par les pratiques agricoles intensives, où l'on se rend compte à nouveau que les fruits et les légumes sentent bon, ou que les oranges et les tomates, comme les journées en manteau et les journées en maillot de bain, ont leur heure de gloire. Mais le plus important dans ce marché n'est pas ce qui est visible, mais ce qui sous-tend toutes les rencontres qui s'y déroulent : il y a des salutations et des tutoiements, des sourires et de la confiance ; si l'on prête un peu d'attention, il est facile de voir que les conversations tournent autour de nouvelles transcendantales, non pas sur la politique ou l'économie, mais sur celles qui touchent nos concitoyens.

Montse vend des œufs et du miel dans l'un des coins du marché du Fòrum depuis l'âge de 20 ans et a aujourd'hui 68 ans. « Ils ne sont pas de clients, ils sont des amis. Voici Joan », dit-elle en guise de présentation lorsqu'une personne s'approche de son étal. Cette personne n'a même pas besoin de demander, Montse place une douzaine et demie de gros œufs directement entre les cartons, avec un mélange de décision et de délicatesse —n'oublions pas qu'il s'agit d'œufs—. Tous les vendeurs s'accordent à dire que la grande valeur du marché, ce sont les gens. « Vous verrez quand nous prendrons notre retraite" » dit Montse, craignant presque ce moment, qui est proche. Dans l’étal voisin, Alejandro et María José vendent des fruits et des légumes de leur récolte, comme ils l'annoncent eux-mêmes et comme l'indiquent les nombreuses pancartes apposées sur les produits. Bio et local, c'est aussi la bannière de l'étal appelé I un rave (Et un radis). Leurs tomates —il faut se lever tôt pour en avoir un bon assortiment— sont aussi variées que nous. Dans la boîte d'un même type, il y en a des grandes et des petites, des ridées et des lisses, des plus belles à première vue ou des très juteuses à l'intérieur... Et on dit que toutes les tomates se ressemblent ?, disent ces paysans de Valls.

Découvrez le marché central où vous pourrez acheter, goûter, apprendre et vous plonger dans le rythme de la ville

La visite du marché central vaut le coup pour ses produits gastronomiques, mais aussi pour des raisons architecturales. Le bâtiment a été conçu par Josep Maria Pujol de Barberà, qui a incorporé quelques éléments modernistes dans les détails et a conçu un espace soutenu par des colonnes en fonte dans le but de laisser entrer la lumière et de créer une plus grande sensation d'espace. Sous ce toit spectaculaire, on retrouve la même camaraderie que sur le marché du centre historique, ainsi que l'abondance du nom propre dans le traitement. Parmi les étals, on trouve bien sûr du bon poisson frais de notre côte, les créations sucrées du petit étal de Cal Jan, une pâtisserie de Torredembarra qui a remporté le prix du meilleur panettone d'Espagne, les viandes ou la sélection de fromages de Magda et ses conseils pour réaliser la planche parfaite.

Voir l'horloge à carillon du marché central en action

Tous les jours, à midi et à 18 heures, les portes de l'horloge de la façade s'ouvrent et le carillon se met en marche avec sept figures représentant les personnages du Défilé Populaire des Fêtes de la Santa Tecla (Sainte Thècle), figures qui se déplacent pendant qu'on écoute Amparito Roca. À la fin du défilé, de nombreux clients posent un instant leur panier et applaudissent à tout rompre, certains après avoir fait quelques pas au son de ce pasodoble bien connu.

Il est temps de reprendre le panier et de retourner sur les marchés

Les marchés municipaux proposent tout simplement un retour aux sources, des produits écologiques et locaux comme il y a deux mille ans. Le commerce paysan, malgré quelques signes de reprise, n'est pas au mieux de sa forme. Le métier de pêcheur non plus. Acheter sur les marchés communaux, c'est contribuer à la relance et à la consolidation de ces métiers difficiles, plus que jamais nécessaires dans le contexte actuel de crise climatique. Par conviction ou par romantisme, pour des raisons de santé ou tout simplement parce qu'on aime donner et recevoir le bonjour, il est temps de prendre le panier et de retourner sur les marchés municipaux.

 

À Tarragone, il existe plusieurs marchés municipaux et marchés de rue tout au long de la semaine, tous spécialisés dans les produits frais. Outre les marchés Central et du Fòrum, déjà mentionnés, il y a des marchés à la Plaça dels Carros, Bonavista, Torreforta, Sant Salvador, Sant Pere i San Pau et La Móra.